Digital Nomad : 8 activités qui permettent de travailler en voyageant

Qui n’a jamais rêvé de travailler au bord d’une plage à Bali, pour se retrouver quelques jours après en terrasse d’un café à Vienne ?

Si vous vous sentez visé, l’expression digital nomad résonnera en vous.

digital nomad définition

Ce terme repris de l’anglais désigne les personnes voyageant dans le monde tout en exerçant une activité ne requérant qu’un ordinateur portable et une bonne connexion internet.

C’est un style de vie atypique du point de vue de notre société sédentaire, où la personne a la liberté de travailler de n’importe où.

Autrefois impossible, ce mode de vie est apparu peu après l’adoption d’internet dans nos foyers, nous donnant accès à de nouvelles perspectives d’emplois.

Le digital nomad va exercer une activité que nous pouvons classifier dans la case des « nouveaux métiers » (comme l’une des 8 activités listées juste en-dessous).

Nous allons expliquer ici en quoi ils consistent et les avantages qu’ils présentent.

Comment devenir digital nomad ?

Le digital nomad peut être un salarié, mais la majorité d’entre eux sont des indépendants (au statut de freelance ou entrepreneur, entre autres).

Il est donc généralement son propre patron, ce qui peut s’avérer séduisant pour beaucoup.

En effet, travailler pour soi-même est souvent synonyme de liberté : on a ses propres horaires de travail et on ne doit rendre de compte qu’à soi-même.

Attention tout de même : être indépendant ne veut pas dire ne pas travailler, bien au contraire. L’entreprenariat demande beaucoup de rigueur et de sérieux afin de faire prospérer son activité, et surtout de pouvoir en vivre.

digital nomad métier

Autre avantage de ce mode de vie : pouvoir apporter de la créativité à son métier.

Vous êtes aux commandes et vous n’avez pas besoin de l’aval d’un quelconque supérieur hiérarchique pour apporter votre patte à l’ouvrage. C’est vous qui prenez les décisions Y compris les décisions artistiques.

Eh bien sûr, n’oublions pas le plus bel avantage : voyager ! Une vraie vie de nomade.

Bon…

Plus concrètement, quels sont ces métiers au mode de vie qui font tant rêver ?

En voici huit :

1. Rédacteur web

Le rédacteur web va se charger de la rédaction de contenus pour ses clients (entreprises, bloggeurs, sociétés, particuliers…) avec une optimisation pour les moteurs de recherches. Il devra utiliser des balises bien spécifiques au langage d’internet, afin que ces contenus soient les mieux placés possibles dans les résultats de recherches.

Pour pratiquer cette activité, il faut disposer d’une aisance pour l’écriture et avoir une orthographe irréprochable. Il est aussi conseillé de connaître les outils bureautiques de base. Et surtout de respecter les directives du client. Il est préférable d’avoir effectué des études littéraires, mais ce n’est pas obligatoire si la personne possède de bonnes qualités rédactionnelles de base.

Le rédacteur web doit être curieux, et notamment se renseigner régulièrement sur l’actualité pour être à la page. Nous pouvons dire que cette profession se rapproche étroitement du journalisme, à la différence que le rédacteur web effectue une réelle collaboration avec le client sur la création du contenu, contrairement au journalise qui dispose d’un peu plus de liberté rédactionnelle.

Avant de se lancer dans l’aventure, il est plus sûr de créer son réseau en amont afin que de s’entraîner sur les différentes plateformes existantes, et ainsi se perfectionner.

L’organisation et un bon esprit de synthèse sont primordiaux pour le rédacteur web.

Côté rémunération, comptons en moyenne entre 2167€ et 3750€ brut (évidemment cela dépend de l’expérience du rédacteur).

2. Influenceur

Devenir influenceur est l’une des voies les plus séduisantes dans le milieu.

Ce métier consiste à poster régulièrement du contenu attrayant sur ses réseaux sociaux, tout en effectuant des placements de produits avec diverses marques.

L’influenceur possède une communauté d’abonnés avec laquelle il partage son quotidien : ses routines, son mode de vie, ses voyages…

Il existe différents types d’influenceurs, chacun spécialisé dans son milieu (mode, esthétique, sport, personnalité publique, artiste…). Les marques utilisent de plus en plus ces personnes afin de se faire connaître contre rémunération.

Cette profession demande une présence quasi permanente sur les réseaux sociaux, avec publications et stories tous les jours.

L’influenceur parle de la marque avec qui il détient un partenariat en détaillant les vertus des produits. Il publie des photos et vidéos explicatives sur ces derniers.

Attention, son image est primordiale dans ce milieu, puisqu’il consiste à influencer et divertir ses abonnés.

Le réseau social vedette le plus utilisé par les influenceurs est Instagram. Mais il est suivi de près par YouTube ou encore Tiktok.

digital nomad jobs

Il est difficile d’établir une moyenne de salaire puisque tout dépend de la notoriété et du nombre d’abonnés sur les réseaux de la personne.

Les influenceurs les plus populaires avec plusieurs millions d’abonnés sur les réseaux peuvent gagner plusieurs dizaines de milliers d’euros chaque mois, mais ils sont une minorité sur le marché.

On peut estimer que plus de 60% des influenceurs gagnent moins de 100 euros par collaboration avec un annonceur, ceux qui est peu pour en vivre complètement.

3. Photographe

Spécialiste de l’image, le photographe en freelance a l’opportunité de photographier divers paysages au cours de ses voyages et de vivre de sa passion.

Dans le cas d’un digital nomad, il existe différentes plateformes offrant la possibilité de vendre ses œuvres directement sur internet. Telles que les plateformes Pixabay, Adobe Stock ou encore Shutterstock.

Ses principaux clients présents dans son réseau sont les agences de voyage, toujours en demande de clichés époustouflants.

Certains photographes indépendants possèdent même leur propre blog où ils publient régulièrement leur travail afin de monter en popularité et se faire connaître en tant qu’artistes.

Côté rémunération, un photographe indépendant gagne entre 646€ et 7612€ bruts par mois. Soit un salaire moyen de 4129€ bruts par mois.

Notons qu’un écart très conséquent est présent dans ce milieu et que la notoriété joue un rôle très important quant à la rémunération.

4. Community manager

Le community manager a pour rôle d’alimenter les réseaux sociaux d’une marque ou d’une entreprise.

Véritable expert de ces plateformes, il doit poster quotidiennement du contenu attractif en donnant une image positive de son client.

Ses principales missions sont d’interagir avec la communauté de la marque/entreprise, poster du contenu, faire de la promotion.

Des études dans la communication sont recommandées pour pratiquer cette activité et avoir une certaine aisance en informatique.

Un bon community manager se doit d’être confiant, optimiste, charismatique et doté d’une facilité naturelle à discuter avec les personnes qui l’entourent.

Il sait utiliser les réseaux sociaux comme Instagram, Twitter, Facebook, Snapchat et autres selon les besoins du client. Il connaît les « trend » du moment, c’est-à-dire les effets de modes présents sur ces plateformes.

digital nomad formation

Le community manager doit faire preuve de courtoisie. Cela inclue répondre aux commentaires parfois négatifs en gardant tout son professionnalisme afin de donner une bonne image en toutes circonstances.

Les entreprises font de plus en plus appel aux services de community manager, qui est devenu un réel métier.

Pour se créer un bon réseau, il est conseillé de rejoindre des groupes de CM (community manager) sur les réseaux, comme des groupes Facebook ou Discord. Mais aussi de participer régulièrement à des événements, mines d’or de prospects.

Autre point important : afin d’afficher ses compétences, le CM peut se créer un site web qui lui servira, entre autres, de Portfolio pour vendre son image.

Côté rémunération, un CM débutant gagne entre 1600€ et 2000€ brut par mois. Puis entre 3000€ et 3500€ avec quelques années d’expérience, notamment s’il travaille pour des agences réputées.

5. Coach en développement personnel

Le coach en développement personnel a la particularité de travailler en grande majorité avec des particuliers plutôt qu’avec des entreprises. Ses clients sont des personnes lambda nécessitant des conseils pour leur vie personnelle.

Son rôle est d’accompagner la personne dans sa problématique de vie et l’aider à y répondre au mieux, avec un suivi plus ou moins personnalisé.

Les réseaux sociaux les plus intéressants pour lui sont… :

– YouTube, où il peut partager du contenu numérique et parler face caméra, ce qui donne une dimension plus intime (étant à distance)

– Instagram, où il peut interagir facilement avec sa communauté et faire des sondages à travers des stories, des témoignages et des vidéos en live.

Aucun parcours supérieur type n’est nécessaire pour devenir coach en développement personnel, même si des études de psychologie sont toutefois recommandées.

livre digital nomad

Le coach en développement personnel doit bien évidemment être doté d’un certain charisme et avoir des convictions solides. Il doit partager une vie saine et réussie, puisqu’il vend directement son image et le reflet de son travail.

En ce sens, son mode de vie de digital nomad peut être un plus.

La rémunération est plutôt intéressante pour lui : le coach facture sa séance entre 50€ et 150€ en moyenne, et gagne généralement environ 3600€ par mois selon sa notoriété. Les plus populaires peuvent atteindre un salaire à hauteur de 100 000€ par an, voire beaucoup plus.

Attention toutefois, l’image du coach doit rester irréprochable (surtout pour les plus connus), s’il ne veut pas perdre sa communauté.

6. Agent de voyage

Cette activité consiste à préparer le voyage de ses clients (réservations de transports, hôtels, musées…) de A à Z en dénichant pour eux les meilleurs services. Il remplit le même rôle qu’une agence de voyage classique, à la différence d’être indépendant.

Pour exercer dans cette voie, il faut être organisé et connaître son sujet. Et être sûr de ce qu’on propose.

Une aisance linguistique est recommandée (parler anglais est quasi obligatoire et la maîtrise d’une ou deux langues supplémentaires très appréciée).

Le sens du relationnel est également une qualité indispensable à l’agent de voyage : il doit faire preuve d’une aisance à négocier les meilleures offres pour ses clients.

À noter que la concurrence sur ce marché est assez forte. Il faut faire preuve de créativité et être capable de s’adapter aux éventuels imprévus.

visa

Pour les études, il est recommandé d’avoir effectué une licence ou un BTS tourisme. Mais ce n’est plus obligatoire pour exercer cette activité depuis 2016 grâce à l’article L211-1 du Code du tourisme.

Cependant, il est important d’avoir de l’expérience à justifier avant de se lancer.

Un capital est aussi nécessaire avant de commencer son activité afin de pouvoir rembourser les clients au cas où ces derniers devraient être rapatriés. Cette garantie financière peut être versée par divers organismes tels que les banques, les assurances ou encore l’APST (l’Association professionnelle de solidarité du tourisme) s’élevant à 100 000€ minimum et recalculée tous les ans.

L’agent de voyage ne doit pas oublier de souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle obligatoire (RCP), ainsi que de s’immatriculer au registre des opérateurs de voyages et de séjours.

7. Traducteur

Cette activité consiste, comme son nom l’indique, à traduire un texte d’une langue à une autre.

Il faut être bilingue pour l’exercer. Et maîtriser plusieurs langues est un plus.

Être traducteur au statut de freelance sans diplôme professionnel est tout à fait possible, même s’il est recommandé d’avoir suivi une formation ou une licence LLCE (Langue Littérature et Civilisations Étrangères) ou LEA (Langues Étrangères Appliquées).

Pour la rémunération, le traducteur fixe ses propres tarifs, tout en étant en alerte des prix fixés par la concurrence.  En général, un traducteur confirmé gagne à peu près 293€ par jour, mais cela dépend bien évidemment du nombre de contrats et de leur régularité.

Les qualités pour exercer dans cette profession sont bien sûr une maîtrise parfaite de la ou les langue(s) traduites, une bonne plume, un vocabulaire riche et une bonne organisation de travail.

Différentes plateformes existent afin de décrocher ses premiers contrats, comme Malt ou Unlabel. Ces plateformes permettent de pouvoir justifier d’une expérience par la suite, et d’apporter du contenu à son Portfolio.

8. Graphiste

On appelle graphiste indépendant un professionnel des arts graphiques.

Il possède son réseau de clients, composé majoritairement d’entreprises ou de sous-traitants (pour les annonceurs d’agences de publicité ou de communication).

Pour devenir graphiste indépendant, il est primordial d’avoir de solides connaissances dans les logiciels adaptés au graphisme.

Tout comme les traducteurs en freelance, le graphiste peut se lancer sur des plateformes telles que 5euros.com, Upwork ou Kang. Ces dernières sont un excellent moyen de justifier de son expérience pour trouver de nouveaux clients par la suite lors de la prospection.

Il est conseillé au graphiste d’avoir un site internet lui servant de Portfolio pour présenter ses prestations et ses services. C’est la vitrine de son activité.

Des études supérieures dans le graphisme sont hautement recommandées mais pas obligatoires.

La rémunération moyenne s’élève à 350€ en moyenne par jour, mais bien entendu cela dépend de la taille du projet.

Comment développer son activité en tant que digital nomad :

Notons un point commun à tous les digital nomad : l’utilisation des réseaux sociaux est très importante pour se faire connaître et pour parvenir à développer son activité.

Pour la grande majorité, les diplômes ne sont pas obligatoires. Le plus important étant de développer son réseau petit à petit, jusqu’à pouvoir en vivre totalement.

Les freelancers ont la chance de pouvoir vivre plus librement grâce à leur activité, mais cela nécessite d’avoir les pieds sur terre et de faire preuve d’assiduité dans le travail.

Xavier


À propos de l'auteur

Rentier depuis 2014 après cinq longues années de galère, je partage sur ce blog astuces et bons plans pour atteindre la plénitude financière. Toujours à l’affût de nouvelles opportunités financières pour ma communauté de lecteurs, je fais le point chaque semaine à travers mes articles et ma newsletter.
Top