Indépendance financière : 11 moyens (légaux) de devenir libre financièrement

Qu’est-ce que l’indépendance financière, et surtout comment atteindre l’indépendance financière ?

C’est ce que nous allons voir ensemble juste en-dessous, avec 11 moyens légaux de devenir libre financièrement.

coach indépendance financière

Dans notre société actuelle, nombreuses sont les personnes qui dépendant intégralement de leur salaire pour vivre. Quoi de plus normal me direz-vous ? Eh bien, pas tout à fait.

Nous le savons, un emploi peut parfois être précaire. Lors d’une crise financière, personne n’est à l’abri de se voir mettre à la porte, le patron pouvant être contraint de réduire ses effectifs pour faire des économies.

La vie veut également que les imprévus existent. Une perte soudaine d’autonomie liée à un incident domestique, une maladie, un accident, les exemples ne manquent pas malheureusement.

Ainsi, dès lors que les revenus baissent ou sont supprimés, la plupart des gens n’ont d’autres choix que de se tourner vers les aides sociales.

Il existe néanmoins des solutions pour se constituer un patrimoine, des revenus confortables et surtout, durables.

En effet, l’indépendance financière est un luxe qui n’est pas nécessairement réservée qu’aux individus les plus aisés. Et c’est justement ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

Qu’est-ce que l’indépendance financière ?

Être autonome financièrement implique généralement plusieurs sources de revenus.

Vous savez que vous avez atteint l’indépendance financière lorsque vous pouvez vivre normalement, sans courir après votre chèque de paye mensuel et sans attendre, parfois en vain, que votre patron vous augmente.

Cela se mesure également à la liberté que vous ressentez/constatez dans votre vie quotidienne.

Comme nous l’évoquions précédemment, un imprévu est vite arrivé : combien d’entre nous se sont vus dans l’obligation de contracter un crédit renouvelable pour remplacer en urgence une machine à laver, un téléviseur ou encore sa voiture ?

Qui n’a jamais songé à l’avenir avec inquiétude en se demandant si le montant de sa retraite allait suffire à couvrir ses besoins tout en permettant de se faire plaisir et continuer à gâter ses proches ?

C’est cela même l’indépendance financière, pouvoir compter sur des actifs rentables, réguliers, en complément de ses revenus habituels.

Les différents moyens d’atteindre la liberté financière

Comment prétendre à l’indépendance financière, quelle que soit sa situation personnelle ?

C’est ce que nous allons voir ensemble dans cette partie…

…avec 11 conseils qui vous aideront à dresser votre plan d’attaque en vue de développer et d’optimiser vos revenus :

1- Faites le point sur votre situation

Avant toute chose, faites un point précis sur votre situation financière. Dépenses, crédits et dettes éventuels, revenus fixes, tout doit être passé au crible.

Cette étape est effectivement incontournable pour pouvoir dresser un portrait fiable de votre situation actuelle et de l’objectif que vous souhaitez atteindre.

À cette occasion, n’hésitez pas à passer le moindre détail en revue. Identifiez les dépenses indispensables auxquelles vous ne pouvez échapper (factures courantes, dépenses du foyer pour se nourrir, se chauffer, se vêtir, etc.) et listez en parallèle les sorties d’argent que vous êtes en mesure de limiter.

Il y a de fortes chances que cela impacte votre budget loisirs. Toutefois, si votre sortie rituelle du vendredi soir est pour vous indispensable, ce n’est pas non plus une obligation de la supprimer. Il y a d’autres brèches à colmater.

En effet, il y a fort à parier que vous puissiez économiser de l’argent en renégociant vos assurances, les taux d’intérêt de vos crédits éventuels ou encore vos forfaits de téléphone.

montant indépendance financière

Sachez par ailleurs que les cartes bancaires sont couplées à de nombreux services, notamment en matière d’assurance. En prenant le temps de bien consulter ce à quoi vous avez droit, il est très probable que vous vous rendiez compte que l’option souscrite dans le cadre de votre contrat habitation fasse doublon. Vous pourrez donc la supprimer et faire baisser le montant de votre cotisation.

Regrouper vos contrats d’assurance (auto, habitation, emprunteur, vie, etc.) est également une piste exploitable. Beaucoup de professionnels octroient des réductions conséquentes à leurs clients multi détenteurs. Le cas échéant, vous pouvez régulièrement faire jouer la concurrence et changer de compagnie d’assurance si cela est nécessaire.

Vous pouvez par ailleurs utiliser la loi de consommation Hamon, qui vous évitera bien des tracas administratifs.

Idem pour la téléphonie. Lignes personnelles et professionnelles, vous pouvez tout avoir chez le même opérateur. Ce qui garantit, dans la grande majorité des cas, des réductions, voire parfois la gratuité du 3e ou 4e forfait. Ou encore une remise importante sur l’abonnement de votre box Internet.

L’argent que vous aurez économisé en suivant ces premiers conseils vous permettra d’ores et déjà de constituer une épargne mensuelle. Il s’agira alors de commencer à faire fructifier ces fonds en les plaçant sur un compte, en investissant, ou encore en achetant des actions.

2- Prenez des décisions

Il ne s’agit pas là de décider de devenir riche, mais bien de reprendre la main sur votre situation, pour en devenir le leader.

Personne ne fera les choses à votre place, vous êtes donc seul maître à bord.

Si vous voulez évoluer, faire gonfler vos actifs, vous devrez prendre des décisions.

Choisir un organisme plutôt qu’un autre, conserver votre activité professionnelle actuelle ou changer de patron, de voie, pourquoi pas même de région s’il le faut.

Quand nous devons assumer un foyer, nos décisions affectent immanquablement les autres membres de la famille. Parlez-en à vos conjoints, vos enfants, faites-en un projet familial si c’est là le schéma qui vous convient. Mais quoi que vous fassiez, ouvrez grand les portes à la réflexion.

stratégie indépendance financière

Vous avez peut-être toujours rêvé d’être votre propre patron, ou bien de développer un concept auquel vous songez depuis des années.

Associez-vous à des personnes influentes, reconnues, ou tout bonnement talentueuses dans leur domaine. Des gens qui sauront vous guider dans votre nouvelle aventure.

Tout reprendre à zéro n’est évidemment pas une nécessité absolue, selon la situation de chacun. Mais si vous devez en passer par là, sachez qu’il existe des dispositifs pour accompagner les entrepreneurs dans la création d’une entreprise. Notamment si vous étiez salarié et que vous avez pu négocier votre départ à l’amiable. Auquel cas vous pouvez prétendre à l’ACRE, une aide à la création d’entreprise dispensée par Pôle Emploi.

3- Entourez-vous des bonnes personnes

Nous n’avons pas tous des compétences en matière de finances et d’investissements.

Quand on souhaite acquérir des actifs, il est indispensable de s’adresser, avant toute chose, au bon interlocuteur.

Vous pouvez échanger avec votre banquier si vous avez une bonne relation (de confiance notamment) avec lui, ou bien directement vous orienter vers un fiscaliste.

N’hésitez pas à glaner des informations dans votre entourage, auprès d’entrepreneurs, de professionnels éclairés, de traders, enfin de toute personne susceptible de vous aiguiller pour faire de bons placements.

4- Adoptez des habitudes strictes

Ce n’est un secret pour personne, tout projet demande de la rigueur !

Si vous voulez modifier votre mode de vie, changer vos habitudes est un bon début.

Se créer une routine, déterminer des créneaux dédiés à chacune des activités qui vous aideront à construire et développer votre projet.

Pourquoi ne pas en profiter pour vous mettre au sport ? La plupart des grands patrons de ce monde s’accordent à dire que l’activité physique tient une part primordiale dans leur équilibre quotidien.

Si vous voulez la recette, la voici :

Commencez par vous lever de bonne heure – et de préférence à heure fixe – tous les jours.

Réservez la première heure pour vous. Faites une activité sportive, lisez votre journal, buvez tranquillement votre café…tout ce qui pourra ouvrir votre esprit est le bienvenu.

Découpez ensuite votre journée de façon méthodique, comme nous l’avons évoqué plus haut.

5- Fixez-vous des objectifs et donnez-vous les moyens de les atteindre

Pour vous aider à respecter vos engagements et à tenir vos nouvelles habitudes, il est important de vous fixer des objectifs.

Attention toutefois à ne pas voir les choses en trop grand, car vous pourriez vous décourager en cas d’échec.

Veillez par conséquent à viser un but atteignable, dans un laps de temps raisonnable.

Enchaîner les petits succès vous confortera dans votre choix et vous gagnerez ainsi en confiance et en aplomb.

Dressez un business plan, prévoyez vos échéances et envisagez sérieusement là où vous voudrez en être dans les 6, 12 ou 18 prochains mois.

Multipliez les jobs, vivez en dessous de vos moyens, revoyez vos investissements actuels.

Projetez-vous également sur du plus long terme. Il est connu par exemple que les fonds de retraite ne sont pas les plus rentables. Vous récupérerez tout au plus 15 à 20% de votre investissement le moment venu. En injectant cette part de cotisation (nous parlons ici des assurances privées et non des cotisations publiques prélevées sur vos revenus) dans un investissement plus lucratif, c’est un capital d’au moins 50% que vous pourrez récupérer à l’issue d’une dizaine d’années.

6- Faites le point sur vos possibilités d’investissement

Purgez vos dettes et repartez sur des bases saines.

Avant d’injecter des fonds dans quelque investissement que ce soit, assurez-vous de ne traîner aucune casserole.

En effet, si vous devez faire appel à un organisme pour obtenir un financement, notamment votre établissement bancaire, il sera plus simple pour vous d’avoir un retour favorable si vous êtes libéré de vos dettes.

Si vous le pouvez, renégociez vos mensualités à la hausse afin de vous défaire le plus rapidement possible de cette épée de Damoclès.

Voyez également comment dégager des fonds pour vous permettre de récupérer des liquidités.

Vous pouvez, entre autres, faire racheter votre crédit pour bénéficier d’un taux plus intéressant. Un proche peut également reprendre le crédit.

Cela vous permettra de montrer pattes blanches auprès des organismes financiers, tout en remboursant le nouveau titulaire du crédit à moindre coût.

Pour une totale transparence, nous vous conseillons néanmoins de bien définir les conditions dans lesquelles vous vous engagerez à rembourser le prêt au particulier, en rédigeant notamment une reconnaissance de dette.

7- Privilégiez l’investissement immobilier

Depuis plusieurs années, la tendance est à l’investissement locatif.

En effet, obtenir l’indépendance financière grâce à l’immobilier n’est pas un mythe ! Il faut dire que tout est fait pour vous encourager à investir.

Depuis environ 25 ans, l’État a multiplié les dispositifs pour faciliter les démarches et créer l’engouement. Nous allons nous intéresser principalement à deux d’entre eux, très en vogue sur le marché de l’immobilier locatif.

La Loi Pinel :

Issue de la loi de finances de 2015, le dispositif Pinel vous permet d’acheter un bien locatif sans apport.

L’avantage principal : bénéficier d’une réduction de vos impôts sur le revenu dans le cadre d’un investissement locatif.

En contrepartie, vous devez vous engager à louer ledit logement nu (non meublé), en qualité de résidence principale.

Contrairement aux baux habituels, les locations issues du dispositif Pinel signent un bail d’une durée minimum de six ans. Vous pouvez également pousser jusqu’à 9 ou 12 ans.

À noter que le crédit d’impôt qui vous sera accordé sera également calqué sur la durée dudit bail. Plus celle-ci sera longue, plus le crédit sera élevé.

Veillez toutefois à bien vous renseigner avant de vous lancer. Le dispositif Pinel a connu ces dernières années plusieurs évolutions. La dernière, datant de janvier 2021, conditionne notamment les critères de revenus des locataires, le plafonnement des loyers, ainsi que les zones géographiques dans lesquelles vous pouvez envisager l’acquisition d’un bien locatif.

indépendance financière blog

Précisons également que pour pouvoir prétendre au crédit d’impôt, il est impératif d’acheter dans le neuf, sur plan, ou encore un bien en VEFA (état futur d’achèvement). Dans ce contexte, vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôt de 12% du prix d’achat du logement, lissés sur six ans, soit 2% par an.

Si vous choisissez de continuer à louer votre bien dans les conditions exigées, soit au maximum deux prolongations par tranche de trois ans chacune, vous obtiendrez de nouvelles réductions d’impôt. 2% par an pour la première prolongation, et 1% par an pour la seconde. Pour un bail d’une durée totale de 12 ans, vous pouvez comptabiliser une réduction globale de 21% sur votre impôt sur le revenu, toujours sur la base du prix d’achat.

Restez également vigilant quant aux possibilités de revente de votre bien, également encadrées par le dispositif Pinel. Durant les six ans du premier bail, il est fortement déconseillé de revendre votre logement, sous peine de devoir rembourser intégralement les crédits d’impôt que vous aurez perçus (à noter qu’il existe des exceptions, notamment en cas de décès/invalidité ou encore la perte de votre emploi).

En résumé, ce dispositif d’investissement locatif présente de nombreux avantages, mais il reste toutefois très encadré. Pour une primo-acquisition, il peut être plus simple de faire appel à un autre type d’investissement.

Le prêt à taux zéro :

Créé en 1995 et remis au goût du jour régulièrement pour se conformer à l’évolution du marché, le prêt à taux zéro n’est pas réellement un dispositif d’investissement.

En effet, il ne vous fera bénéficier d’aucune réduction d’impôt, et ce peu importe la durée de votre bail.

Néanmoins, ce prêt bancaire vous ouvre malgré tout les portes de l’investissement locatif, en vous permettant de contracter un crédit avec un taux d’intérêt à 0% !

Naturellement, il existe là aussi des conditions pour l’obtention de ce prêt, notamment en termes de revenus. C’est effectivement votre revenu fiscal de référence qui déterminera si oui ou non vous êtes éligible.

Autre condition : la situation géographique du logement que vous envisagez d’acquérir.

Il est également important de retenir que ce dispositif de prêt n’est ouvert qu’aux primo-accédants.

Vous devrez par ailleurs être en mesure de justifier que vous n’avez pas été propriétaire d’un logement au cours des deux dernières années.

independance financiere grace a l'immobilier

Lors de sa création, le prêt à taux zéro n’était accessible que pour de l’achat dans du neuf. Toutefois, la loi de finance de 2015 a élargi le dispositif aux communes dites rurales, pour de l’achat dans l’ancien, sous conditions de rénovation.

L’objectif : relancer la dynamique démographique des zones les plus dépeuplées et encourager, en parallèle, la création de services.

Par conséquent, si vous n’avez pas ou peu d’apport, que vous souhaitez des mensualités moins élevées ou une durée de prêt réduite, le prêt à taux zéro peut être la bonne solution en tant que primo-accédant.

Nous attirons néanmoins votre attention sur l’avenir incertain de ce dispositif, fortement décrié ces dernières années (notamment par la Fédération Française du Bâtiment, cette dernière pointant du doigt la réduction des carnets de commande des professionnels de l’habitat).

8- Créez votre propre business

Pourquoi ne pas devenir votre propre patron ? Devenir autoentrepreneur est réalisable en quelques clics sur le site officiel de l’URSSAF.

Selon le statut et l’activité que vous aurez choisie, vous pourrez librement générer de nouveaux revenus, que ce soit dans le commerce, l’artisanat, la prestation de services, etc.

Soyez toutefois attentifs aux plafonds de revenus qui vous exonèrent de l’impôt sur les sociétés, le but étant de gonfler vos actifs et non l’inverse.

Naturellement, si votre activité devait s’avérer bien plus lucrative que ce que vous imaginiez, il serait temps de réfléchir à développer votre entreprise ou bien de réinvestir une partie des fonds, par exemple dans de l’immobilier.

9- Optez pour la formation continue

Une carrière professionnelle est obligatoirement rythmée par un apprentissage continu.

À l’heure d’aujourd’hui, tous les corps de métiers évoluent au fur et à mesure, se modernisent, se développent, et il faut donc systématiquement veiller à rester à la page.

Se former est par conséquent primordial.

Il s’agit là bien sûr du terme au sens large. On peut se former en assistant à des conférences TED, en suivant des webinaires sur le web, ou encore en participant à des événements promotionnels.

Les choix sont très divers et il n’y a pas vraiment de règle sur la façon de se former, l’essentiel étant de rester actif et bien informé.

Rien ne vous empêche également de réviser vos classiques en accédant, le plus souvent gratuitement, à des plateformes pédagogiques qui vous proposent de vous tester pour vérifier votre niveau de connaissance, corrigés à l’appui.

10- Soyez patient

Si vous pensez pouvoir devenir libre financièrement en six semaines, c’est que vous n’avez sans doute pas mesuré la difficulté du parcours.

En moyenne, l’indépendance s’acquiert dans un délai de 5 à 10 ans, selon les rendements de vos investissements, votre capital de départ et le niveau d’endettement pour lequel vous avez peut-être dû opter.

Cela peut évidemment sembler énorme pour les plus impatients. Rappelez-vous toutefois depuis combien de temps vous remboursez votre crédit à la consommation, ou sur combien de temps vous choisissez de le rembourser habituellement ? Et à l’issue de ce crédit, vous n’avez pas plus d’argent, vous avez uniquement remboursé vos dettes (ce qui bien sûr reste une bonne chose).

En prenant le temps de faire fructifier vos investissements, au terme de 5 ou 10 ans, vous aurez effacé vos dettes ET gagné de l’argent.

Qui plus est, vous aurez un beau projet en place pour l’avenir, projet que rien ne vous empêchera de développer davantage.

11- Soyez assidu, ne baissez pas les bras !

La première année sera sans doute la plus difficile, alors accrochez-vous.

Changer son mode de revenus n’est pas évident et demande notamment un moral à toute épreuve.

Est-ce facile ? Non.

Vais-je avoir envie de baisser les bras ? Oui, cela arrivera.

Suis-je capable de mener ce projet à bien, de le faire aboutir ? La réponse doit être oui.

Vous devrez affronter nombre d’obstacles, peut-être même au sein de votre propre foyer ou encore les critiques de personnes peu diplomates. Rassurez-vous, c’est là l’apanage de tout grand projet. Notez d’ailleurs que si vous avez bien suivi nos conseils, vous serez bien entouré, ce qui vous permettra de vous rebooster dans les moments de doute.

Plus vos efforts seront intenses, plus votre mérite sera grand.

L’indépendance financière est un long chemin, mais elle vous mènera, avec la réussite, vers un concept tout aussi noble : l’autosatisfaction.

Comment atteindre l’indépendance financière : le mot de la fin

Vous l’aurez compris, obtenir l’indépendance financière demande du temps, de la patience, et surtout un investissement personnel important et constant.

Comme pour n’importe quel projet, vous devez garder en tête que la facilité n’est pas une option.

Devenir indépendant financièrement demande des décisions importantes, une constance à toute épreuve, de grands changements dans votre mode de vie.

Il ne s’agit pas uniquement d’acheter des actions et de les voir évoluer.

C’est votre vie de manière générale qu’il faut reprendre, recadrer, emmener sur une nouvelle voie.

Xavier


À propos de l'auteur

Rentier depuis 2014 après cinq longues années de galère, je partage sur ce blog astuces et bons plans pour atteindre la plénitude financière. Toujours à l’affût de nouvelles opportunités financières pour ma communauté de lecteurs, je fais le point chaque semaine à travers mes articles et ma newsletter.
Top